Le Gala des Prix Policiers du Québec permet de souligner la qualité du travail effectué par les policières et policiers québécois à l’échelle locale, nationale et même internationale. Lors de cet événement sont honorés le professionnalisme et l’accomplissement d’actes professionnels dignes de mention, sans nécessairement​ être spectaculaires, ainsi que des carrières exceptionnelles au service du public.

En 2011, la structure du comité organisateur a été modifiée afin de pouvoir améliorer le rayonnement des Prix Policiers du Québec. Comme toujours, les candidats sont proposés par leurs collègues de travail mais, désormais, un Conseil de gouvernance a pour mandat de faire l’examen de toutes les candidatures qui lui sont soumises, quel que soit le corps policier d’origine. Ce Conseil de gouvernance est composé de diverses personnalités provenant du monde politique, de l’administration de la Justice et du domaine policier. Ses décisions sont à la fois impartiales, sereines, crédibles et autonomes, ce qui ajoute au prestige associé à la remise des Prix Policiers du Québec. Le Conseil veille également à établir les grandes orientations que l’organisation sera appelée à prendre.

Les membres du Conseil sont:

  • l’Honorable Pierre H. Cadieux, ex-solliciteur général du Canada;

  • M. Steven Chabot, ex-directeur général adjoint de la Sûreté du Québec et président sortant de l’Association canadienne des chefs de police;

  • M. Jean-Pierre Charbonneau, ex-président de l’Assemblée nationale du Québec, qui fit sa marque comme journaliste d’enquête de la CECO;

  • l’Honorable Louise Mailhot, juge à la retraite de la Cour d’appel du Québec, vice-présidente sortante de l’Union internationale des magistrats et ex-présidente du Conseil académique de l’Institut international pour le pouvoir judiciaire;

  • M. Gaétan Delisle, sergent d’état-major retraité de la GRC et président-fondateur de l’AMPMQ.

La logistique de l’événement est assurée par le support de l’Association des membres de la police montée du Québec (AMPMQ) et l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ). Les personnes-ressources pour l’APPQ sont: Daniel Rolland, Robert Bronsard et Johanne Lagacé.

Lors du gala, par l’entremise de leur fondation caritative respective, les deux associations syndicales versent un don à un organisme à but humanitaire.

Toute candidature peut être transmise à l’APPQ par courriel, au soin de Mme Johanne Lagacé (lagace@appq-sq.qc.ca), ou en complétant un formulaire de mise en nomination que vous trouverez sur le site Internet des Prix Policiers du Québec (www.prixpoliciersduquebec.ca).

Gala 2010

Description et organisation

Les Prix Policiers du Québec est un événement qui permet d’honorer d’une manière particulière la qualité du travail effectué par les policières et policiers québécois à l’échelle locale, nationale et internationale. On souligne leur professionnalisme, l’accomplissement d’actes professionnels (dignes de mention sans être spectaculaires ni gestes d’éclat) ou encore leur carrière modèle au sein de la police.

Cet événement est organisé par l’Association des membres de la Police Montée du Québec (AMPMQ), la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ) et l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ). À cette occasion, les quatre organisations versent un don, par l’entremise de leur fondation respective, à un organisme à but humanitaire.

Chaque année, les mises en candidature sont déposées au printemps.

Les membres du comité organisateur pour l’APPQ sont Daniel Rolland, Robert Bronsard et Johanne Lagacé.

(Veuillez noter qu’en raison de la nature du travail de certains lauréats, les noms et photos n’apparaissent pas sur notre site.)

12e Édition des Prix Policiers du Québec:
DES HÉROS DE L’OMBRE RÉCOMPENSÉS

Le 18 novembre 2010 avait lieu le 12e gala des Prix policiers du Québec à l’hôtel Marriott Château Champlain à Montréal. Lors de cet événement, les associations syndicales policières  du Québec ont souligné le dévouement et le travail exceptionnel accompli par leurs membres auprès de leurs concitoyens. Plus de 300 convives provenant des milieux syndical, juridique, politique et économique y ont assisté.  M. Pierre Légaré a agi de nouveau à titre de maître de cérémonie.

Cette année, un hommage a été rendu à 21 policières et policiers.  Ils ont reçu le Cristal des Prix policiers du Québec pour s’être illustrés par leur courage, leur esprit d’équipe, leur persévérance et leur engagement auprès de leur communauté.

Au cours de la cérémonie, le président de l’AMPMQ, M. Gaétan Delisle, le président de l’APPQ, M. Jean-Guy Dagenais, le président de la FPMQ, M. Denis Côté, et le président de la FPPM, M. Yves Francoeur, ont félicité les récipiendaires et ont réitéré le grand professionnalisme et le dévouement hors du commun des policières et policiers qui ont à cœur la sécurité de leurs concitoyennes et concitoyens.

Plusieurs invités des milieux policier, juridique, économique et politique ont assisté à cette cérémonie. Nous retrouvions, entre autres, le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, M. Stéphane Bergeron, l’ex-solliciteur général du Canada et membre du Conseil privé de la Reine, l’honorable Pierre H. Cadieux, les sénateurs, les honorables Francis Fox, Jean Lapointe et Lucie Pépin, ainsi que le député fédéral d’Outremont, M. Thomas Mulcair et les représentants des commanditaires des Prix Policiers du Québec, belairdirect et la Caisse Desjardins des policiers et policières.

Remise d’un don

Par l’entremise de leur fondation respective, les quatre associations policières ont remis un don de 6000$ à la Fondation des étoiles qui soutient la recherche pédiatrique au Québec.

L’AMPMQ, l’APPQ, la FPMQ et la FPPM représentent les quelque 14000 policiers et policières du Québec.

Les lauréats 2010 de la Sûreté du Québec

Le professionnalisme d’une policière contribue au succès des opérations de sauvetage

Le 24 juillet 2010, un appel est logé au poste de Radisson informant les policiers qu’un avion de type Beaver vient de s’écraser près de l’aéroport La Grande situé à la Baie-James.

La policière Sandra Laprise communique aussitôt avec la compagnie de transport par hélicoptère et, quelques minutes plus tard, elle décolle en compagnie du pilote, du propriétaire de l’hélicoptère et de deux  premiers répondants.

En arrivant sur les lieux de l’accident, elle constate que l’avion s’est écrasé et est en piteux état dans le milieu d’un petit lac vaseux. La policière se rend à l’avion en compagnie d’une personne qui est déjà sur place et d’un premier répondant.  Ils sont dans l’eau jusqu’aux genoux.

Une personne est déjà extirpée et évacuée alors que quatre autres sont toujours dans les décombres, bloquées dans la carcasse de métal de l’avion.  De ce nombre, une est décédée par noyade alors que les trois autres ont peine à maintenir leur tête hors de l’eau.  Leur corps est coincé et elles sont près de la noyade.

En attendant du renfort, la policière Laprise et le premier répondant aident les victimes à maintenir leur tête hors de l’eau pour éviter la noyade.  Aussitôt qu’un troisième secouriste arrive, ils sont en mesure de commencer l’évacuation des décombres de l’appareil.  Le pilote perd la vie dans les bras d’un premier répondant.

En arrivant sur la rive, Sandra Laprise, aidée de premiers répondants, soigne les blessures du mieux possible. Les accidentés perdent  beaucoup de sang et sont en état d’hypothermie.

Trois des cinq victimes de ce tragique accident survivront grâce, notamment, au travail exceptionnel de l’ensemble des intervenants appelés à porter secours.

Pour son courage, son professionnalisme et son leadership remarquable et, surtout, parce qu’elle est une véritable héroïne de l’ombre, un Cristal a été décerné à l’agente Sandra Laprise.

Nous désirons également souligner l’excellent travail de deux autres agents qui ont participé à ce sauvetage. Chacun d’eux a joué un rôle important lors de ce tragique événement. Pour leur sang-froid et leur professionnalisme, nous tenons à féliciter les agents Kerry Aubé et Ghyslain Roy.

Elle gagne une course contre la montre

En février 2010, une policière vient de terminer son quart de travail et circule sur le boulevard Labbé à Victoriaville lorsqu’elle aperçoit une lueur émanant d’un abri d’auto attaché à une résidence du boulevard Labbé Nord.

Elle croit d’abord qu’il s’agit de lumières de véhicules, mais en s’approchant, elle constate qu’une automobile est en feu et que les flammes menacent maintenant la maison.

La policière alerte immédiatement les services d’urgence, descend de son véhicule et va frapper à la porte de la résidence.  Personne ne vient lui ouvrir.  Elle se précipite alors à la porte avant qui n’est pas verrouillée. Aussitôt qu’elle met les pieds à l’intérieur, le système d’alarme protégeant les lieux se fait entendre.

Dès les premiers pas, elle aperçoit une dame à peine sortie de son sommeil.  Elle l’informe que le brasier s’approche et lui demande s’il y a d’autres occupants dans la maison. C’est à ce moment qu’elle apprend que la mère de la dame, aux prises avec une mobilité réduite, est également à l’intérieur.

N’écoutant que son courage, la policière se lance immédiatement vers la chambre de la personne âgée pour l’en extirper des flammes qui commencent à poindre dans la maison.

Les dames ont été placées à bord d’un véhicule de patrouille, saines et sauves, et sans aucune blessure. Cette policière a sauvé la vie de deux personnes en plus d’avoir contribué à préserver l’intégralité de la maison des dames.

Pour sa présence d’esprit, son calme et son sang-froid et, surtout, parce qu’elle est une véritable héroïne de l’ombre, un Cristal a été décerné à l’agente Annie Marcoux.

Une équipe d’enquêteurs qui repousse l’expertise policière à des niveaux jamais atteints

Créé à l’automne 2004 au sein de la Sûreté du Québec, le Service des enquêtes sur la criminalité fiscale, aujourd’hui appelé Division des enquêtes sur la criminalité financière organisée, a pour principal mandat de lutter, en partenariat avec les autorités concernées, contre les crimes à incidence fiscale.  À cet effet, il enquête sur les organisations criminelles qui se livrent à des stratagèmes de fraude à caractère fiscal et de recyclage des produits de la criminalité.

Une enquête d’envergure internationale baptisée Dorade II a été amorcée au début de 2008.  Elle visait une entreprise financière privée de Montréal, contrôlée par une organisation criminelle composée, entre autres, de facilitateurs (avocats et comptables), qui offrait sa structure commerciale à divers milieux criminels afin de concrétiser un stratagème de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

En cours d’enquête, la police cantonale valaisanne suisse a mis au jour une étroite ramification, en sol européen, de l’organisation criminelle sous enquête.  Les enquêteurs ont également établi un lien direct avec l’enquête d’envergure Civet II réalisée par la Gendarmerie royale du Canada au début des années 2000 qui concernait le blanchiment de l’argent émanant d’importations de stupéfiants par un groupe criminalisé.

L’équipe d’enquête a été en mesure de mettre en évidence les activités de l’organisation criminelle qui, par l’entremise de plusieurs prête-noms européens, a élaboré au fil des années une structure d’entreprises bidons aux Bahamas, au Liechtenstein et en territoire suisse afin d’éluder des millions de dollars aux gouvernements canadien et québécois.

Plus de 225 policiers ont participé aux deux phases de ratissage de Dorade II.  Les résultats exceptionnels obtenus démontrent sans équivoque le travail acharné de l’équipe d’enquête du projet Dorade II. Outre l’émission d’une série de mandats d’arrestation pour des infractions commises sur une période de près de quinze ans, les travaux des membres de l’équipe d’enquête ont mené au blocage en sols canadien et européen d’actifs évalués à plus de 40millions de dollars, notamment des avoirs contenus dans deux fiducies canadiennes.

L’équipe a été pionnière dans ce type d’enquête au Canada, repoussant ainsi l’expertise policière à des niveaux jamais atteints.  L’innovation, la capacité d’analyse, le sens remarquable du partenariat, l’attitude professionnelle et la ténacité exceptionnelle de l’équipe d’enquête ont permis de dépasser les objectifs initialement fixés en début de projet.

Le groupe de criminels visé a tenté de se soustraire à la justice canadienne en déployant sa structure dans des territoires outre-mer, mais les efforts inégalés de l’équipe d’enquête ont mis un terme aux activités d’une organisation opérant à l’échelle internationale.

Le gala des Prix Policiers du Québec tient à souligner le travail de trois membres du projet DoradeII.  Pour leur professionnalisme, leur persévérance et leur ingéniosité et, surtout, parce qu’ils sont de véritables héros de l’ombre, un Cristal a été décerné au sergent enquêteur Pascal Rochon, enquêteur principal, au sergent enquêteur David Proulx et au sergent superviseur Carl Bélisle.

Et puisque le succès de ce travail d’enquête repose en bonne partie sur le travail d’équipe, les Prix Policiers 2010 ont fait le choix d’offrir également un Cristal à l’équipe du projet DoradeII.

Une enquête de contrebande avec des résultats uniques au Canada

 

(Dossier conjoint: Sûreté du Québec et Gendarmerie royale du Canada)

Ce dossier implique une organisation criminelle qui avait comme activité principale la contrebande de tabac d’Akwesasne, en Ontario, vers Kahnawake. À la suite d’une enquête de six mois menée en 2007, un ratissage permet à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d’arrêter sept individus. Un total de 7 424 kg de tabac haché est saisi au cours de l’enquête.  Des accusations de possession de tabac de contrebande, de complot et de gangstérisme sont déposées.

Cette enquête a été réalisée en partenariat avec la Sûreté du Québec et le projet Accès a été enclenché à la suite d’informations reçues sur le principal suspect et le lieu de transbordement du tabac, les rives du lac Saint-François dans le secteur de Saint-Anicet.  Les principales difficultés rencontrées par les enquêteurs étaient les particularités de la région.  Il s’agissait d’un secteur rural où l’on retrouvait des fermes, des chalets d’été et des champs à perte de vue.  Diverses techniques de surveillance ont été utilisées.  Par contre, la principale approche consistait à se fondre dans le décor et à se cacher pour effectuer les observations qui permettraient d’accumuler les preuves nécessaires pour mener l’opération à terme.

Afin de prouver le complot et le gangstérisme, plusieurs mandats d’écoute électronique ont été rédigés.  La rédaction du tableau de preuves a été faite en comparant toutes les preuves recueillies (papier, physiques et de surveillance).  À la lecture de la preuve, les procureurs de la Couronne fédérale sont arrivés à la conclusion que des accusations de complot et de gangstérisme devaient être déposées contre les suspects dans ce dossier.

Il s’agit de la première fois au Canada où des accusations ont été déposées pour gangstérisme dans un dossier de possession de tabac non estampillé en vertu de la Loi sur l’accise.  Quatre des sept suspects ont été accusés de gangstérisme.  Trois d’entre eux ont été trouvés coupables et le quatrième a enregistré un plaidoyer de culpabilité. 1

Pour leur persévérance, leur esprit d’équipe, leur leadership et leurs techniques de surveillance hors du commun et, surtout, parce qu’ils sont des véritables héros de l’ombre, un Cristal a été décerné au sergent François Blais, aux caporaux Sylvain Lemoyne et Réjean Richard et aux gendarmes Phillipe Mélançon et Maryse Robert de la GRC, ainsi qu’au sergent-détective Éric Lalonde de la Sûreté du Québec.

Hommage à un grand syndicaliste

Association des policières et policiers provinciaux du Québec

Comme le veut la tradition, cette année, il revenait à l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec de remettre le prix syndical policier à l’un de ses membres qui s’est distingué par son implication, ses réalisations qui ont fait avancer le milieu syndical policier au Québec.

Sans hésitation, nous avons décidé d’honorer M. Tony Cannavino.

Vous trouverez dans les lignes qui suivent un court historique de sa carrière.

M. Cannavino a été policier et membre de la Sûreté du Québec de 1972 à 2008. Il a connu une carrière exceptionnelle autant dans ses fonctions à titre de policier que de leader syndical.

Mentionnons qu’il a entamé sa carrière syndicale, en 1985, à titre de directeur de l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec. En 1988, il fut élu vice-président aux ressources humaines et matérielles. À ce titre, on lui doit la venue des premières banquettes électriques à bord des véhicules de la Sûreté du Québec. Durant son mandat, il fut cofondateur du Programme d’Aide au Personnel.

En 1996, il a été élu président de l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec. Quelques-unes de ces grandes réalisations ont été la négociation du contrat de 2000 et le reclassement des emplois à la Sûreté du Québec. Il a été cofondateur des Prix Policiers du Québec. Fait marquant, nous dirions même point culminant, son implication majeure dans le dossier de la réorganisation policière au Québec a permis l’intégration d’au-delà de 1400 policiers municipaux à la Sûreté du Québec. Cette réalisation est due à son travail inlassable auprès du gouvernement et des maires au Québec. Grâce à lui, l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec est le troisième plus gros syndicat policier au Canada.

Sur la scène nationale, alors qu’il était président de l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec, il fut également cofondateur de l’Association Nationale de la Police Professionnelle. Il fut vice-président de cette association qui représentait 24000 membres à travers le Canada. Il a joué un rôle important dans la négociation qui a mené à la fusion des deux associations: l’Association Nationale de la Police Professionnelle et l’Association canadienne des policiers.

De 2003 à 2008, il a été le premier président permanent de l’Association canadienne des policiers. L’Association canadienne des policiers était le porte-parole national de 54000 membres du personnel policier en poste à travers le Canada. Par son leadership et son dévouement à la cause des membres qu’il représente, il a été réélu par acclamation en 2005. À ce titre, il a représenté l’Association canadienne des policiers sur différents comités parlementaires et sénatoriaux.

Sur la scène internationale, il a été membre du Conseil International Law enforcement council où siègent des représentants de l’ensemble de la communauté syndicale policière à travers le monde.

Il a dédié l’ensemble de sa carrière à la sécurité des canadiennes et canadiens, à l’amélioration de la qualité de vie et sécurité de ses membres.

C’est pourquoi, il nous a fait plaisir de l’honorer lors du gala et de lui remettre un prix spécial à titre de bâtisseur du mouvement syndical policier